Pop News // Paris, Le Point Éphémère

Au lendemain du concert de reformation de Pavement au Zénith, c’est un retour plus discret que nous offre le  label la Bulle Sonore pour fêter ses cinq ans, celui de The Wake. Un groupe presque trentenaire, qui a enregistré pour deux labels culte (Factory et Sarah Records) et compté Bobby Gillespie dans ses rangs. Quand même. En mise en bouche, c’est Young Michelin.
Young Michelin, c’est le projet parallèle de Romain Guerret (Dondolo, dont le très chouette « Une vie de plaisir  dans un monde nouveau » sort ces jours-ci). Malgré un a-priori très favorable (l’est cool, ce nom), je n’avais pas encore eu la curiosité de jeter une oreille à la musique du groupe. Le concert commence par un engageant instrumental sonnant très Monochrome Set, pour un set qui, lui, ne le sera pas trop (monochrome). Mariant d’évidentes influences « new wave » (il me semble même avoir entendu mon voisin de droite parler d’Indochine) et une énergie presque punk portant des paroles majoritairement en français et pas piquées des hannetons, le groupe a un sacré don pour les refrains efficaces, voire fédérateurs, et cette somme de petits trucs en plus fait que l’on y reviendra sans doute à l’avenir en oubliant qu’on a parfois eu l’impression d’être transporté en 1984.
(…)

Voir l’article original